TECHNOLOGIES

TECHNOLOGIES

CLIMATE CITY s’appuie sur un système de mesure aéroporté dont le coeur stratégique sont les « CLIMATE BIRDS », des ballons captifs équipés d’une charge utile de mesure des phénomènes physiques et chimiques de l’atmosphère ; des phénomènes qui caractérisent le climat urbain et dont l’observation peut s’effectuer entre 150 et 1500 mètres d’altitude.

Le premier ballon déployé dans l’atmosphère d’une ville, s’appelle le C-Birds One. Il s’agit d’un démonstrateur de fonctionnement du réseau CLIMATE BIRDS, qui va permettre de démontrer le bon fonctionnement du système et de définir le nombre exact de ballon à déployer au-dessus de la ville, en phase opérationnelle.

Ces ballons seront alors installés de manière permanente, avec néanmoins une grande agilité que ce soit dans le cadre d’une remise au sol du système comme dans le cadre d’une modification de l’implantation du réseau.

CLIMATE CITY aide les villes à s’adapter au changement climatique.

Découvrez dans cette vidéo le fonctionnement de notre opérateur.

BALLON

Issue des activités de Recherche et de Développement de la société A-NSE, le ballon (C-Birds One en phase de démonstration et CLIMATE BIRDS en phase « réseau opérationnel ») vole à une altitude moyenne de 350 mètres. Son exploitation respecte en tout point les exigences de l’aviation civile et des contraintes particulières de la sécurité et du confort urbain. Il supporte jusqu’à 30 kg  de charges utiles dont plusieurs  moyens d’observation des  caractéristiques physiques,  dynamiques et thermiques du  sol et des 300 premiers mètres  verticaux de l’atmosphère.

Manoeuvrable dans des vents allant jusqu’à 70 km/h , il peut être ramené au sol en moins de 15 minutes et son implantation peut être modifiée grâce à un segment sol mobile.

DRONE

Le drone, de 4,2 mètres  d’envergure, est capable de  parcourir 1000 km jusqu’à 4500  mètres d’altitude à une vitesse  maximale de 130 km/h. Il peut  transporter une charge utile allant jusqu’à 8 kg.

Grâce à ses 10 heures  d’autonomie le drone permet de  récolter des mesures mobiles de  façon pérenne.

Ces mesures sont enregistrées à  bord et transférées une fois au sol.

L’intervention du drone s’inscrit dans le cadre de campagnes de mesure ponctuelle, alors que les ballons captifs sont déployés de manière pérenne. Le drone s’inscrit notamment dans les mesures d’advection, en périphérie des zones urbaines.

CHARGE UTILE

Les capteurs qui composent la charge utile intégrée sur la nacelle du ballon sont principalement :

  • Des sondes in-situ pour déterminer la taille et  concentrations des particules  fines, et des polluants gazeux  (Nox, ozone, CO,…)
  • Une sonde météo (Température, humidité, vent..)
  • Un laser radar mesurant le profil vertical du vent et de la turbulence
  • Des caméras thermiques pour l’analyse de l’état de la surface  et le contenu en eau

ANALYSE

Les données sont analysées en s’inscrivant dans le cadre d’une chaîne de traitement qui commence par le stockage, l’organisation et la cartographie des données – une première étape traitée grâce au logiciel GEOSTORM CLIMATE CITY, développé par le groupe CS, partenaire stratégique de CLIMATE CITY. Elles sont ensuite analysées par le biais d’une intervention scientifique basée sur une coopération internationale orchestrée par le comité scientifique et opérationnel de CLIMATE CITY, dirigé par le Professeur Yves Tourre (Co-Fondateur de CLIMATE CITY) et Roger Solari (Co-Président du Comité). Des laboratoires de la NASA et de l’Université de Columbia et des collaborations avec le CNES, et de multiples organismes à caractère scientifique et technique garantissent la qualité du travail du Comité.
Plus précisément et à titre d’exemple, les analyses sont réalisées sur la base d’une variabilité des données climatiques historiques  et de la série chronologique  locale obtenue par le le C-Birds One et les réseaux CLIMATE BIRDS sur 3 à 6 mois afin d’en filtrer et extraire les fréquences et intensités des différents phénomènes urbains  sur une profondeur journalière à saisonnière.

BALLON

Issue des activités de Recherche et de Développement de la société A-NSE, le ballon (C-Birds One en phase de démonstration et CLIMATE BIRDS en phase « réseau opérationnel ») vole à une altitude moyenne de 350 mètres. Son exploitation respecte en tout point les exigences de l’aviation civile et des contraintes particulières de la sécurité et du confort urbain. Il supporte jusqu’à 30 kg  de charges utiles dont plusieurs  moyens d’observation des  caractéristiques physiques,  dynamiques et thermiques du  sol et des 300 premiers mètres  verticaux de l’atmosphère.

Manoeuvrable dans des vents allant jusqu’à 70 km/h , il peut être ramené au sol en moins de 15 minutes et son implantation peut être modifiée grâce à un segment sol mobile.

DRONE

Le drone, de 4,2 mètres  d’envergure, est capable de  parcourir 1000 km jusqu’à 4500  mètres d’altitude à une vitesse  maximale de 130 km/h. Il peut  transporter une charge utile allant jusqu’à 8 kg.

Grâce à ses 10 heures  d’autonomie le drone permet de  récolter des mesures mobiles de  façon pérenne.

Ces mesures sont enregistrées à  bord et transférées une fois au sol.

L’intervention du drone s’inscrit dans le cadre de campagnes de mesure ponctuelle, alors que les ballons captifs sont déployés de manière pérenne. Le drone s’inscrit notamment dans les mesures d’advection, en périphérie des zones urbaines.

CHARGE UTILE

Les capteurs qui composent la charge utile intégrée sur la nacelle du ballon sont principalement :

  • Des sondes in-situ pour déterminer la taille et  concentrations des particules  fines, et des polluants gazeux  (Nox, ozone, CO,…)
  • Une sonde météo (Température, humidité, vent..)
  • Un laser radar mesurant le profil vertical du vent et de la turbulence
  • Des caméras thermiques pour l’analyse de l’état de la surface  et le contenu en eau

ANALYSE

Les données sont analysées en s’inscrivant dans le cadre d’une chaîne de traitement qui commence par le stockage, l’organisation et la cartographie des données – une première étape traitée grâce au logiciel GEOSTORM CLIMATE CITY, développé par le groupe CS, partenaire stratégique de CLIMATE CITY. Elles sont ensuite analysées par le biais d’une intervention scientifique basée sur une coopération internationale orchestrée par le comité scientifique et opérationnel de CLIMATE CITY, dirigé par le Professeur Yves Tourre (Co-Fondateur de CLIMATE CITY) et Roger Solari (Co-Président du Comité). Des laboratoires de la NASA et de l’Université de Columbia et des collaborations avec le CNES, et de multiples organismes à caractère scientifique et technique garantissent la qualité du travail du Comité.
Plus précisément et à titre d’exemple, les analyses sont réalisées sur la base d’une variabilité des données climatiques historiques  et de la série chronologique  locale obtenue par le le C-Birds One et les réseaux CLIMATE BIRDS sur 3 à 6 mois afin d’en filtrer et extraire les fréquences et intensités des différents phénomènes urbains  sur une profondeur journalière à saisonnière.